MotoGP : 6 infos perchées sur le Grand Prix de Malaisie

MotoGP : 6 infos perchées sur le Grand Prix de Malaisie

Les compte-rendus, les analyses, c’est sympa, mais dans le paddock, il se passe plein d’autres choses. MJ vous propose un œil décalé sur ce qui s’est passé pendant les trois jours du Grand Prix de Malaisie, à Sepang. Voici six infos intéressantes, ou pas…
La Suzuki d’Alex Rins a pris feu avant les premiers essais libres. L’Espagnol terminera tout de même deuxième de ce Grand Prix de Malaisie. ©Gold and Goose


Thursday January 01, 1970

Dans la chaleur ambiante de Sepang, le mercure a fréquenté le haut du thermomètre avant même que cette dix-huitième épreuve de la saison ne commence. Jeudi, pendant l’habituelle phase de chauffe des machines, la Suzuki d’Alex Rins a en effet pris feu. L’incendie, dû à une projection d’essence sur un échappement, a rapidement été circonscrit. Et si les mécaniciens de l’Espagnol ont passé une bonne partie de la nuit à retaper la monture ravagée par les flammes, ils ont été récompensés seulement quelques heures plus tard. Meilleur temps au terme de la première journée d’essais, Rins est monté sur la deuxième marche du podium après avoir pris l’avantage sur Johann Zarco dans le dernier tour.
Cette fois, ils n’avaient pas des bottes aux pieds mais une paire de crampons. Avant le Grand Prix, Johann Zarco, Maverick Viñales ou encore Hafizh Syharin ont disputé un match de football avec, au bout, la victoire. Le Français a apprécié l’expérience. “Et avec trois buts au compteur, ça fait plaisir,” a-t-il écrit sur les réseaux sociaux. Les tricolores sont décidément en réussite avec le ballon rond cette année.


Thursday January 01, 1970

Quel est la chose dont Iannone a besoin sur les Grands Prix ? Des capotes !
Iannone aime toujours faire le pitre en conférence de presse. ©Gold and Goose

Andrea Iannone a été fidèle a lui-même en conférence de presse. Très actif sur les réseaux sociaux, où on peut suivre ses balades à bord de sa Bentley, sa vie sentimentale agitée avec la sulfureuse Belen Rodriguez, l’Italien a aussi dévoilé ce qu’il emmenait avec lui quand il se rendait sur un Grand Prix. Outre son ordinateur, ses lunettes de soleil ou encore sa casquette, le pilote Suzuki est également prévoyant. “Les préservatifs, c’est le plus important,” a-t-il raconté, dans un éclat de rire. Ce n’est pas la première fois qu’il parle d’ailleurs de cet objet en latex. L’an dernier, il s’était notamment rendu dans un supermarché au Japon pour en acheter. “La plus grande taille,” avait demandé le futur pilote Aprilia à une vendeuse. Sacré Andrea !
À la caisse ! Johann Zarco a dû se délester de 1 000 euros pour avoir enfreint un point du règlement. Le pilote Tech3 a en effet reconnu le circuit, le jeudi, à bord de son scooter, ce qui est désormais interdit. Depuis le début de l’année, à la suite de plusieurs accidents, les pilotes et autres personnes travaillant dans le paddock doivent uniquement parcourir la piste à pieds ou en vélo.

Lorenzo a été impressionné par Rossi en Malaisie
Lorenzo a affiché son respect à Rossi après la course de ce dernier en Malaisie. ©Gold and Goose


Thursday January 01, 1970

La relation entre Valentino Rossi et Jorge Lorenzo a parfois été particulièrement tendue. Entre le mur qui séparait les deux hommes chez Yamaha, les phrases assassines devant les médias, l’Italien et l’Espagnol se sont, à plusieurs reprises, pris le bec. Mais, ces derniers temps, la hache de guerre semble être ensevelie entre les deux parties. On ne parle pas d’amitié, bien entendu, mais d’un rapport professionnel plus sain, plus respectueux. Forfait en Malaisie, Lorenzo n’a d’ailleurs pas hésité à prendre son téléphone pour féliciter le nonuple champion du monde après sa course. “À part la chute, écrit le pilote Ducati sur son compte Twitter, je n’ai jamais vu Valentino aussi constant. Plus de dix boucles avec seulement un dixième de différence entre chaque tour sur la piste la plus longue et la plus chaude de la saison. Cela m’a impressionné. Et certains disaient qu’il commençait à ressentir son âge après la dernière course…” Rossi l’a remercié en commentaire de son post. Cette relation sera-t-elle toujours aussi amicale lors de la prochaine bagarre opposant les deux hommes ?
Pendant la deuxième séance d’essais libres, Marc Marquez était dans ses œuvres. Le désormais septuple champion du monde a cette capacité à faire le spectacle à lui tout seul. Ses sauvetages, plus impressionnants les uns que les autres, sont déjà rentrés dans l’histoire. À Sepang, il est parvenu à éviter la chute à quatre reprises pendant cette séance. Dans le premier virage, par deux fois, puis dans le dernier, avant de reprendre le contrôle de sa machine une dernière fois, sur le fil, en fin de séance, au cinquième virage. Un véritable funambule !

Valentin Roussel
Cet article MotoGP : 6 infos perchées sur le Grand Prix de Malaisie est apparu en premier sur Moto Journal.